Souvenirs d'une partie "GN"

Pour conseiller, se faire conseiller pour nos loisirs en dehors de diplo (si, si, il y en a d'autres)

Souvenirs d'une partie "GN"

Message par Grabiel » 03 Mars 2019, 16:37

Je transférerai cet article dans la Gazette dès que possible ;-)

Il y a quelques mois, Alain et moi avons discuté en dehors de tout cadre lié au jeu Diplomatie de nos loisirs respectifs, Alain répondant à mon enthousiasme ludique m'indique : "ah mais, j'ai beaucoup joué à une période à Diplomatie (au début des années 90), j'ai même participé à une partie très spéciale.", "- Euh, c'est-à-dire ?".

Voici donc l'écho d'une vieille partie jouée, probablement en 1992 à un an près, une partie "GN" (ou comment jouer une partie unique à près de 25 joueurs tous en "déguisement plus ou moins d'époque"), Alain nous raconte :

#### ####
Diplomacy GN, une partie vue de l’intérieur

En ce début d'automne, le jour entouré de rouge sur mon calendrier arrive enfin.

Cela fait maintenant quelques mois que je joue à Diplomacy en PBM (oui oui, play by mail). A cette époque, internet n'existe pas et nous recevons chaque semaine par la poste les cartes mises à jour par l'initiateur du jeu, le patron d'un magasin de jouets à Genève chez qui j'achète des figurines à peindre. Nous avons alors une semaine pour négocier, par téléphone fixe, nos différents mouvements avec les autres joueurs. C'est dans ce cadre que Yves et Stéphane, mes "canailles" de collègues qui m'ont initié à ce jeu, me proposent de faire un Diplomacy GN (Grandeur nature).

Les pays ont été préalablement assignés à un ambassadeur qui sera le représentant et le donneur d'ordre. Il est secondé par 2 ou 3 diplomates complétant son équipe.
Me voilà donc embarqué dans l'équipe turque, dernière place disponible.
Je prends avec moi des lunettes noires et un turban, accessoires faisant très cliché il faut le reconnaître, et je me dirige vers la salle communale de Chênes-Bougerie, réservée pour l'occasion.

L'espace à disposition est immense, identique à une salle de gymnastique d'école primaire.
Au centre de la pièce se trouve Boris, le chef d'orchestre. Il est l'organisateur et l'arbitre qui va gérer la partie. Il sera aidé d'un acolyte, précieux au moment des résolutions manuelles des différents mouvements. Sur une grande table est posé un magnétophone dont la diffusion de musiques sélectionnées nous indiquera les phases de jeu (négociation, rédaction écrite des ordres, phase de résolution), ainsi qu'un jeu Diplomacy pour représenter la situation des armées et une pile de cartes européennes vierges, qui seront colorées à chaque tour pour les différentes nations.

Chaque pays possède une ambassade formée de quelques paravents. Il y a un espace salon et un espace bureau.
Le salon permet à un diplomate étranger d'attendre son tour pour avoir audience, tandis que le bureau est l'endroit où les négociations ont lieu.
Les différentes ambassades sont éparpillées dans la grande salle, afin de garantir une certaine confidentialité des discussions.

Les participants sont déjà tous présents, le stress montre d'un cran.

L'Italie est composée uniquement de femmes, conjointes ou amies des autres joueurs, légèrement vêtues de vert, blanc et rouge. Il commence à faire chaud. Cela tombe bien, elles proposent des glaces italiennes dans leur ambassade.
L'Angleterre est menée par un joueur aguerri, portant un chapeau melon et se baladant avec une canne. Il faudra se méfier de lui.

Le Tsar russe arbore un magnifique manteau en fourrure. Une boite de caviar (probablement vide...) et une bouteille de Vodka (assurément pleine) sont disposées sur le bureau de son ambassade, le ton est donné.

La France, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie sont également présentes, et leurs représentant sont tous magnifiquement déguisés. L'ambiance est incroyablement !

Il est l'heure, Boris prend la parole, je ne tiens plus en place.

Les règles sont très simples. Lorsque la musique qui indique le début des négociations est jouée, les diplomates peuvent aller à l'ambassade d'un autre pays pour négocier avec l'ambassadeur. L'espace salon permet à un diplomate étranger d'attendre son tour lorsqu'un autre diplomate est déjà en pourparlers.

On m'assigne la tâche de négocier un traité de paix avec l'Italie, je relève le défi avec autant de fierté que d'excitation. Beaucoup de diplomates se dirigent vers l'ambassade italienne. Heureusement qu'elle est proche de nous, cela me permet d'arriver le premier. J'expose notre vision locale, attaquer l'Autriche-Hongrie, et lui explique notre volonté d'établir une alliance forte. L'ambassadrice italienne n'est pas née de la dernière pluie et m'expose une liste de mouvements turcs à proscrire impérativement, sous peine d'annulation du traité. Je la rassure, évidemment, avant de prendre congé d'elle, non sans avoir goûté un peu de glace.
Elle aura raison de se méfier. Comme je l'apprendrais plus tard, mes propositions n'étaient que poudre aux yeux. Je ne suis qu'un pion dans la stratégie turque.

Puis un son retentit, il ne reste qu'une minute pour finaliser les discussions et permettre à chaque diplomate de retourner auprès de son ambassade. Tous les diplomates se trouvant encore dans une ambassade étrangère après cette minute y sont enfermés. Ils ne pourront retourner auprès de leur ambassadeur qu'au tour suivant. Ces situations peuvent avoir des conséquences catastrophiques, des informations cruciales ne pouvant être immédiatement transmises.

Une nouvelle musique ponctue le temps de discussion interne et la rédaction des ordres.
Le brouhaha est indescriptible, chaque diplomate expose le résultat de ses négociations avec les autres nations. Les demandes sont souvent contradictoires et il faut rapidement décider quels sont les traités à conserver ou à casser. Les discussions sont parfois vives car nous ne sommes pas tous d'accord avec la stratégie à adopter, et nous avons aussi donné notre parole tout en comprenant qu'elle ne vaudra finalement rien du tout.
Néanmoins la règle est claire, et nous le savons depuis le premier printemps. L'ambassadeur a le dernier mot, c'est lui qui tranche et nous acceptons les nouveaux défis de ses décisions.

Lors de l'écriture des ordres, il est nécessaire d'indiquer pour chaque unité un ou plusieurs mouvements de retraite, sous peine de voir le cas échéant son unité détruite. C'est stratégiquement passionnant.
Finalement, les feuilles sont récupérées par Boris qui diffuse alors une musique d'attente pendant laquelle il effectue la résolution de tous les ordres. Ce moment stressant permet à chaque pays de discuter en interne des prochaines options et stratégies à tenter.

Les ordres sont tous réglés, les cartes sont colorées et distribuées simultanément à chaque ambassadeur. Des exclamations de joies et de stupeurs résonnent simultanément dans la salle, puis la musique des négociations reprend.

Et ainsi de suite...

Après la signature d'une alliance avec l'Autriche-Hongrie, nous trahirons rapidement l'Italie, malgré une ultime tentative désespérée de son ambassadrice qui mettra toute sa fougue pour arracher une contre-trahison, en vain.

Les pays rayés de la carte ne doivent pas interférer avec la partie et ne sont plus que des spectateurs privilégiés des différents conflits subsistant dans cette Europe de plus en plus divisée.

Nous participerons à une campagne victorieuse contre la Russie, mais nous serons finalement trahis par notre allié austro-hongrois, qui sera aidé par le roi de France dont l'avance en Méditerranée est foudroyante.

Nous nous battons avec la rage d'un lion blessé, forçant le français à découvrir son flanc atlantique au-delà du raisonnable.
L'Angleterre, qui n'en demandait pas tant, profite de gains substantiels en Allemagne pour soutenir fortement ses chantiers navals.
Le français, son allié de longue date, est désespéré. Il ne s'en remettra pas.

Suite à une ultime trahison envers la Russie, la perfide Albion fait honneur à sa tradition et emporte brillamment cette partie.

Finalement, le vainqueur importe peu. L'expérience d'avoir joué dans ce format est incroyable, et nous avons tous pris beaucoup de plaisir.
Site web sur le Tour de France de Diplomatie : (fr.tdfdiplo.wikia.com) et appli d'organisation de parties sur table https://discord.gg/wATGegC.
Avatar de l’utilisateur
Grabiel
*Médiateur*
Trolleur Jedï
 
10 ans d'ancienneté5 ans d'ancienneté1 an d'ancienneté
 
Message(s) : 1919
Inscription : 28 Octobre 2002, 12:08

Re: Souvenirs d'une partie "GN"

Message par Grabiel » 03 Mars 2019, 16:38

Si jamais d'autres joueurs de cette partie monumentale sont encore sur le site. Ils sont bien sûr le bienvenu pour donner leur version.
Site web sur le Tour de France de Diplomatie : (fr.tdfdiplo.wikia.com) et appli d'organisation de parties sur table https://discord.gg/wATGegC.
Avatar de l’utilisateur
Grabiel
*Médiateur*
Trolleur Jedï
 
10 ans d'ancienneté5 ans d'ancienneté1 an d'ancienneté
 
Message(s) : 1919
Inscription : 28 Octobre 2002, 12:08

Re: Souvenirs d'une partie "GN"

Message par twidop » 04 Mars 2019, 09:07

J'aurais bien aimé y participé - l'ambiance avait l'air sympa, j’espère que face au russe avec sa vodka tu avais pris ton raki ;)
Avatar de l’utilisateur
twidop
Trolleur Bernardo
 
1 an d'ancienneté
 
Message(s) : 23
Inscription : 03 Décembre 2017, 15:18


Retour vers Y'a pas que Diplo dans la vie

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit

cron