Rebondir ou ne pas rebondir ? (1re partie)

Traduction de Yohann Nowicki pour [Diplomatie-Online->http://www.diplomatie-online.net] d'un article de l'Italien Giovanni Cesarini pour La Guarnigione assediata : [Rimbalzare o non rimbalzare ?->http://diplomacy.cleosolutions.com/LGA5/Rimbalzare-o-non-rimbalzare.html] Le bounce, ou rebond, est une des manœuvres les plus fréquentes dans une partie de Diplomatie. Elle arrive involontairement (quand ceux qui rebondissent n'en avaient pas l'intention) ou de manière consentente, habituellement de la part des deux joueurs, pour se garantir une tranquilité réciproque le long de leurs frontières par exemple.
Techniquement, le bounce est une tentative échouée de mouvement.

- Italie : A Ven - Pie
- France : A Tou - Pie

mais aussi :
- Italie : A Ven - Pie
- France : A Tou - Pie
- Allemagne: A Alp - Pie

Comme expliqué ci-dessus donc, une manœuvre typiquement non productive comme un bounce peut être utilisée comme solution la moins dangereuse pour les deux parties (on se met dans la situation typique dans laquelle les unités de deux puissances seulement sont concernées par le bounce). Avec un bounce en effet, on peut exploiter ce que je considère le concept fondamental dans Diplomatie (du point de vue tactique) soit la défense active. Le bounce arrangé permet de défendre deux territoires avec une seule unité (le territoire ou se déroule le bounce et le territoire de départ), évidemment dans les conditions où il n'y a pas d'unités prêtes à entrer dans un des territoires à force supérieure à 1 !

Par exemple :

- Allemagne : A Mun, A Ber
- France : A Bel
- Autriche : A Boh

Les mouvements :
- Allemagne : A Mun - Bou, A Ber - Mun
- France : A Bel - Bou

Arranger un bounce entre la France et l'Allemagne (à condition qu'aucune autre unité n'influence ces mouvements) garantit au Francais qu'aucune unité allemande ne menacera les centres francais le tour suivant et en même temps permet de maintenir une unité en couverture sur la Belgique, alors qu'à l'Allemand, il est préférable de ne pas avoir d'unités françaises en Bourgogne (qui pourrait devenir sujet a proposition de la part autrichienne) et en même temps couvre Munich de la possible menace de la Bohème (et si le Francais ne bounce pas, couvrir quoi qu'il en soit Munich avec l'armée de Berlin).

Parfois le bounce est la solution qui implique le moins de dommages potentiels pour les deux puissances participant au rebond : ce sont les situations dans lesquelles ne pas participer au bounce apporte à l'adversaire un avantage positionnel très fort dans le cas où il exécuterait le mouvement et alors il est préférable de rebondir.

Il existe aussi la possibilité d'exploiter un bounce créé avec ses propres unités, donc sans devoir organiser aucun accord avec les autres. Le prix à payer en jouant le bounce est qu'il n'y a pas d'avancée du point de vue territorial, mais c'est le juste prix pour un mouvement défensif plus que valable même si pas infaillible. La situation de référence pour montrer ceci est la suivante :

Après le printemps 1901 :
- France : A Bou, A Esp
- Allemagne : A Mun
- Italie : A Pie

La France peut défendre Toulon, empêcher l'Allemagne d'entrer en Bourgogne et conquérir l'Espagne avec un bounce :
- France : A Bou - Tou, A Esp - Tou
- Italie : A Pie - Tou
- Allemagne : A Mun - Bou

De plus, Toulon reste vide et disponible pour construire en hiver. Cette manœuvre est malheureusement facilement contrastable (avec conséquences néfastes pour le Francais) par le joueur italien simplement en jouant : A Pie S Esp - Tou.
Ainsi, non seulement l'Espagne n'est pas conquise mais le centre de Toulon est occupé par l'armée francaise, empêchant ainsi la construction d'une flotte à Marseille et laissant l'Italie en une position tranquille.

Les Bounces plus fréquents



Ceci est une liste des bounces plus fréquents sur une table de jeu ; ils font tous référence à l'ouverture, du reste, unique phase pour laquelle les unités sont en position fixe. Pour chacune, j'ai inséré ma préférence sur le fait de la jouer ou non.

FRANCE - ANGLETERRE

Bounce du canal de la Manche
- France : F Bre - Man
- GB : F Lon - Man

C'est un bounce que personnellement je n'aime pas jouer car il «distrait» les ressources des deux puissances : la France risque de ne pas conquérir les deux centres qui lui sont habituellement promis a la fin de l'année, l'Angleterre risque même de ne rien conquérir si par exemple la Russie amène l'armée de Moscou à Saint-Pétersbourg pour menacer la Norvège qui pourrait alors n'être attaquée que par une unité anglaise (la flotte originaire d'Édimbourg ou par le convoi de l'armée de Liverpool).
Il est vrai cependant que une flotte en Manche devient une épine dans le pied pour qui n'y est pas entré et donc si les rapports diplomatiques ne naissent pas sous de bonnes augures il est préférable de rebondir tout de même.
En résumé, si la diplomatie au printemps ne s'est pas déroulée comme vous le souhaitiez (entre France et GB), le rebond est la meilleure solution.

ALLEMAGNE - FRANCE

Bounce de Bourgogne
- France : A Par - Bou ou A Tou - Bou
- Allemagne : A Mun - Bou

Ceci est un bounce qui est joué souvent même si les relations diplomatiques entre la France et l'Allemagne sont cordiales. Souvent l'armée de Munich n'a rien de mieux à faire que de tenir si l'Allemagne craint un mouvement en Alpes de l'Autriche ou de l'Italie.
L'avantage dans cette situation de bounce est française, la France pouvant entrer en Bourgogne si elle le souhaite soutenant l'armée de Paris par l'armée de Toulon (ou vice versa).
À préférer à mon avis le bounce en Bourgogne depuis Marseille plutôt que depuis Paris.

ALLEMAGNE - ITALIE OU ALLEMAGNE - AUTRICHE OU ITALIE - AUTRICHE

Bounce des Alpes
- Allemagne : A Mun - Alp
- Italie : A Ven - Alp
- Autriche : A Vie - Alp

Un bounce atypique, assez rare à voir. Je pense que c'est surtout l'Allemagne qui bénéficie de ce bounce pour les mêmes raisons que celles indiquées sur le bounce en Bourgogne.

NDT : La suite plus tard ! Il est tard et j'en ai marre !

[Fin de l'article->340]

Additional information