18centres - La Gazette >> Bibliothèque >> Tactiques et Stratégies
Tirer l’escargot français hors de sa coquille
par Stephen Agar, traduit par Cyril Cottet

jeudi 1er mars 2007, par Cyril Cottet, Stephen Agar

Auteur(s)

Stephen Agar

Cyril Cottet


Dans la même rubrique


La version originale, Prising the French Snail Out Of His Shell, a été écrite par Stephen Agar puis traduite par Cyril Cottet pour la Gazette.

Une autre traduction du même article est publiée dans la Gazette : Faire sortir l’escargot de sa coquille.


Cet article sera vraisemblablement le premier d’une série sur le jeu des alliances dans les premières années d’une partie. Il repose sur une
alliance anglo-allemande en béton et qui soit déterminée à anéantir la France proprement et rapidement. Bien que l’alliance anglo-allemande
prenne un peu de temps à se mettre en mouvement, une fois qu’elle est belle et bien lancée (disons à partir de 1903), alors il s’agit d’une alliance
très difficile à stopper. L’objectif à court terme de l’alliance anglo-allemande est de pénétrer en France (en perçant la ligne Maginot PIC-BOU
aussi tôt que possible) et ensuite de l’anéantir au plus vite, pour que l’Allemagne puisse pousser ses armées en SIL et PRU, tandis que les flottes
anglaises se déverseront en Méditerranée. Cependant, la position défensive de la France est très solide et il est jouable pour une France déterminée de faire face pendant un certain temps, temps durant lequel il est tout à fait possible à l’Allemagne et à l’Angleterre de rompre leur bonne relation par frustration de la lente progression. Les alliés doivent à tout prix rester soudés (le passage en ATL ne pouvant pas être forcé
jusqu’en automne 1902, il y a peu de chances que la France perde l’un de ses centres avant automne 1903 au plus tôt). La bonne nouvelle, c’est qu’une fois que la
France est rendue à ne contrôler que 4 centres, sa position devient intenable et elle s’effondre sous une pression soutenue. Cependant, même
face à une attaque bien concertée, un Français compétent ne sera probablement pas éliminé avant 1905 et survivra probablement jusqu’en 1906.

Si l’on s’en réfère aux résultats du National Diplomacy Championship de 1993, sur 31 parties en FàF (sur table), la France n’a été éliminée que sept fois
(contre 15 fois pour l’Allemagne, 13 fois pour la Russie, 12 fois pour l’Autriche et 12 fois pour l’Italie). L’une de ces éliminations eut lieu
en 1904 (La pauvre Rosalind Harvey ayant alors été anéantie par Bob Kendrick et Jeremy Tullett qui se partagèrent pas moins de 24 centres à deux),
deux en 1906, une en 1907 et trois en 1909. Le fait que l’Angleterre et la Turquie n’ont aussi été éliminées que sept fois,
tout comme la France, montre à quel point les puissances d’angles sont importantes dans je jeu Diplomacy en FàF. Ayant dit celà, il est pourtant
bon de noter que 85% des Turcs et 71% des Anglais éliminés l’ont été avant 1906 contre 42% pour les Français. Sans aucun doute, en FàF,
la France est le pays le plus résistant à l’élimination.

Ma stratégie pour que l’alliance anglo-allemande puisse anéantir la France rapidement est basée sur deux suppositions :

  1. l’Angleterre a besoin de deux mobilisations en 1901
  2. les alliés ont besoin de trois unités autour de la Bourgogne après A01.

Mon raisonnement est qu’une flotte anglaise sera dédiée à rester en
Scandinavie et que la France mobilisera vraisemblablement F BRE en 1901. Ainsi, l’Angleterre a besoin de trois flottes au sud pour
contrer les deux flottes
françaises. Si l’Angleterre ne peut disposer que de deux flottes alors ATL ne sera a priori jamais pris par les alliés. En ce qui concerne
la Bourgogne, bien que cette province puisse être prise par surprise, la part de la stratégie qui y est liée est risquée.
En revanche, comme la France mettra certainement une armée en Espagne ou au Portugal, il est peu probable (mais pas impossible) qu’elle dispose
de plus de 2 armées pour défendre la Bourgogne (Si la France assignait 3 unités à la défense de la Bourgogne, cela signifierait qu’elle n’a pas
mobilisé de seconde flotte, ce qui s’avérerait catastrophique pour la protection de ses côtes). D’autres hypothèses sont envisagées ci-dessous.
Quoiqu’il en soit, par essence, la mobilisation de l’Angleterre est la plus importante, mais si les 2 conditions exprimées ci-dessus sont remplies
alors la France sera éliminée sans trop de difficulté.

1. A l’approche du jour J

La guerre éclair contre la France au printemps 1901 est relativement risquée car elle peut tomber à l’eau facilement. En revanche, si l’Angleterre
est convaincue qu’un F LON-MAN fonctionnera et que la Russie n’ouvrira pas avec un A MOS-STP alors le mouvement jugulaire peut être lancé :

ANGLETERRE : F LON-MAN F EDI-NRD A LIV-COR
ALLEMAGNE : F KIE-DAN A BER-KIE A MUN-RHE
FRANCE : F BRE-ATL A PAR-PIC A TOU-ESP

Commentaire : Malgré le succès éventuel de ses mouvements de printemps, l’Angleterre doit faire face au guess traditionnel : Doit-elle convoyer à
Brest et risquer le stand-off, permettant ainsi à la France de construire F BRE ou doit-elle convoyer en Picardie et risquer de ne pas y entrer ?
Ma réponse va peut être vous surprendre mais je préfère le convoi en Belgique avec le soutien allemand ! Mon raisonnement est le suivant : Pour anéantir
la France rapidement, vous devez soit prendre ATL, soit traverser la ligne défensive Pic-Bou. La seule manière raisonnable d’assurer la prise de la
Bourgogne au printemps 1902 et d’avoir des armées en BEL, MUN et RHE. L’Allemagne peut éventuellement y réussir seule en ordonnant A MUN-RHE, A BER-MUN
et en espérant que A RHE-BEL et A MUN-RHE vont être couronnés de succès la saison suivante. Le problème vient du fait que si PAY n’est pas pris,
A BER-MUN signale à la France ce qui se planifie contre elle dès le départ, et si rien ne fonctionne comme prévu, l’Allemagne n’obtiendra qu’une seule
nouvelle mobilisation. La seule option valable est donc que l’Angleterre contribue à l’attaque de BOU en convoyant une armée en Belgique. Ainsi,
normalement, elle obtiendra les 2 constructions qui devraient permettre la chute de la France sur le front maritime. Les meilleurs mouvements
allemands à ce stade doivent être suffisamment ambigus pour laisser planner le doute assez longtemps dans l’esprit français. Si vous vous faufilez
en Bourgogne, alors tout va bien et la France tombera en 1904, mais si vous provoquez un stand-off sur la Bourgogne, alors la France obtiendra
deux nouvelles mobilisations garanties, que l’Angleterre ait pris la Manche ou pas.

Si la France couvre Brest en automne 1901, alors elle peut n’avoir qu’une seule construction, et dans ce cas, il ne pourra arrêter les flottes anglaises,
ou les armées anglo-allemandes. S’il ne couvre pas Brest, alors, il aura deux constructions, mais sa position sera à peine mieux car l’Angleterre
aura trois flottes pour prendre ATL en automne 1902 contre deux françaises.

Malgré tout, il est important de se souvenir que si la France ordonne F BRE-MAN au printemps 1901, sa position en deviendra certainement
plus sûre à court terme. Un tel mouvement permet toujours à la France de mobiliser au moins une nouvelle unité à terme si tant est que l’Italie
n’ait pas rejoint l’alliance anglo-allemande. Dans un tel cas, l’Angleterre fait alors face à quelques problèmes :

  1. Elle a dévoilé ses motivations et risque de se retrouver dans une situation peu amène si l’Allemagne retourne sa veste.
  2. L’Angleterre n’a aucun espoir d’obtenir deux constructions en 1901
  3. S’il veut libérer Londres de sa flotte pour pouvoir y mobiliser une nouvelle unité fin 1901, cela se fera vraisemblablement au prix de laisser la France entrer en MAN en automne 1901 !

Par conséquent, les gains potentiels sont importants mais les risques le sont tout autant. Ayant dit cela,
je ne conseillerais cependant pas d’attendre 1902 pour dévoiler ses intentions car alors la France aura obtenu deux nouvelles mobilisations en 1901 et
pourra alors disposer ses unités dans une formation de défense au même rythme que l’attaque des alliés. Pour toutes ces raisons, je crois donc que
le mieux à faire pour l’alliance anglo-allemande est de se positionner pour une attaque de la France dès l’automne 1901.

2. Un Rendez-Vous pour un Dîner à Bruxelles ?

Les négociations avant les mouvements du Printemps 1901 doivent avoir pour but l’attaque dicrète mais mortelle de la France en Automne 1901. Cela sera
possible en s’assurant :

  1. de dissuader la Russie d’une ouverture A MOS-STP
  2. de dissuader la France de tenter la Manche
  3. de dissuader la France d’aller en Bourgogne

Si les deux premières conditions sont atteintes, le plan fonctionnera, si les 3 sont réunis alors le reste sera du gâteau.

Si tout marche comme prévu, un jeu typique d’ouvertures sera le suivant :

ANGLETERRE : F LON-NRD A LIV-EDI F EDI-GRO
ALLEMAGNE : F KIE-DAN A BER-KIE A MUN-RHE
FRANCE : F BRE-ATL A PAR-PIC A TOU-ESP

Commentaire : Pour le coup, ces mouvements ne sont pas particulièrement menaçants pour la France ! Si l’Allemagne ne peut gagner à coup sûr la
Bourgogne au printemps 1901, il est bien meilleur d’aller en Rhénanie pour la triple attaque de la Bourgogne au printemps 1902. Cependant, cela va
sans dire que vous devez à tout prix dissuader la France d’entrer en Bourgogne en 1901. Si la France sait que l’Allemagne ne fera pas mouvement vers
BOU alors il est peu vraisemblable qu’elle ouvre avec A TOU-BOU et A PAR-PIC ce qui signifierai qu’elle n’obtiendra qu’une construction au plus.
Le problème de l’alliance Anglo-Allemande et de savoir comment pénétrer en France si l’Allemagne ne s’est pas frayée un chemin en Bourgogne en
1901 ? Au printemps 1902, il y a de fortes chances que la France ordonne A ESP-GAS (ou peut-être A ESP-TOU), ce qui permettra de procurer le soutien
nécessaire sur la Bourgogne pour éviter l’invasion Allemande. Si l’Allemagne a pris la Belgique en automne 1901 avec A MUN-RHE-BEL, cela signifie
qu’elle n’aura que 2 unités autour de BOU (BEL et MUN) et ne pourra donc pas garantir le forçage de la Bourgogne au printemps 1902. Comme je l’ai dit
précédemment, le seul moyen d’entrer en France au printemps 1902 est d’avoir 3 armées pour prendre BOU au printemps 1902 (avant que les renforts
Français n’arrivent). Ce résultat ne peut être atteint que si l’Allemagne ordonne A RHE S A EDI-BEL en automne 1901. Par exemple :

ANGLETERRE : F NRD C A EDI-BEL F GRO-NGE A EDI-BEL
ALLEMAGNE : F DAN-SUE A RHE S A EDI-BEL A KIE-PAY (ou MUN si la France est en BOU)
FRANCE : F ATL-POR A ESP T A PIC-BEL

L’Angleterre mobilise alors F LON et F LIV, l’Allemagne de son côté construit F KIE, A MUN. A ce stade, les intentions anglaises sont claires,
mais l’Allemagne peut encore alimenter le doute dans l’esprit français.

3. Enfoncer la ligne Maginot

Tout ceci plonge la France dans l’embarras. Sa seule manière de tenir la Bourgogne est de construire A PAR et A TOU. Mais avec une seule flotte,
la France ne peut pas tenir l’Atlantique. Considérons ces différentes alternatives :

A. La France mobilise F BRE, A PAR

ANGLETERRE : F LON S F NRD-MAN A BEL S A RHE-BOU F NGE S F DAN-SUE F LIV-STG F NRD-MAN
ALLEMAGNE : F DAN-SUE A PAY-RHE A MUN S A RHE-BOU A RHE-BOU F KIE-BAL
FRANCE : F POR-ATL A ESP-GAS A PIC S A PAR-BOU F BRE-MAN A PAR-BOU

Commentaire : Vous contrôlez la Bourgogne et la Manche. La difficulté réside maintenant dans le fait que vous ne disposez que de 2 unités sur le front,
l’armée de Munich étant maintenant en retrait de l’attaque et ne pouvant servir qu’à soutenir la Bourgogne. La France va vraisemblablement
utiliser A GAS pour protéger TOU ou pour soutenir une attaque sur BOU. Par conséquent, l’Allemagne doit ordonner A BOU-GAS [Retraite à Toulon],
A RHE S A MUN-BOU (certainement plus intéressant si l’Angleterre n’apporte pas son soutien, l’objectif étant de retraiter à Toulon si la France
n’ordonne pas A GAS-TOU , mais si la Bourgogne est attaquée avec la même force de part et d’autre alors A BOU ne sera pas délogée). Si en revanche
la France ordonne A ESP-TOU au printemps 1902 alors la réponse sera A BEL S F MAN-PIC, F STG S F LON-MAN, A BOU-PAR [Retraite en GAS],
ce qui anéantira vraisemblablement l’armée Française en Picardie. Quoiqu’il arrive, l’alliance anglo-allemande termine alors soit avec Toulon, soit
avec la Bourgogne et la Gascogne ou enfin avec la Picardie et la Bourgogne. Quelque soit l’issue, cela signifie l’élimination de la France.

B. La France mobilise A TOU, A PAR

ANGLETERRE : F LON-COR F NRD-MAN A BEL S A RHE-BOU F NGE S F DAN-SUE F LIV-ISL
ALLEMAGNE : F DAN-SUE A PAY-RHE A MUN S A RHE-BOU A RHE-BOU F KIE-BAL
FRANCE : F POR-ATL A ESP-GAS A PIC S A PAR-BOU A TOU S A PAR-BOU A PAR-BOU

Commentaire : Ces constructions stoppent l’offensive terrestre allemande, mais donne des centres à l’Angleterre pour 1903. Il y a probablement
stand-off en Bourgogne, mais comme l’Anglais doit prendre la Manche, tout support depuis PIC peut être coupé en automne 1902.
Ainsi La France doit utiliser A PIC pour aller en Bourgogne et ainsi refuser cette région à l’Allemagne. Mais cela laisse ouverte la possibilité
pour un F MAN S A BEL-PIC. Quoiqu’il arrive, l’Angleterre aura pénétré en ATL en automne 1902 et la France ne peut pas défendre à la fois la
Bourgogne et Brest car le soutien de A PAR est nécessaire pour conserver les deux.

C. La France mobilise A BRE, A PAR

ANGLETERRE : F LON-COR F NRD-MAN A BEL S A RHE-BOU F NGE S F DAN-SUE F LIV-ISL
ALLEMAGNE : F DAN-SUE A PAY-RHE A MUN S A RHE-BOU ARHE-BOU F KIE-BAL
FRANCE : F POR-ATL A ESP-GAS A PAR S A PIC-BOU A BRE-PIC A PIC-BOU

Commentaire : Il s’agit là de la pire option de construction pour la France compte tenu des circonstances. La France est sûre de perdre l’Atlantique
dans le courant de l’année, laissant les centres de la péninsule ibérique exposés. Les alliés vont également quoiqu’il arrive entrer en Bourgogne et
aucune combinaison de mouvements ne pourra permettre à la France de reprendre cette province. La position Française est catastrophique et les flottes
anglaises pénétrant en ATL ne feront que précipiter la chute.

4. L’abattage

Les mouvements sont relativement évidents pour 1903, le minimum étant d’avoir à terme F STG, F ATL, F MAN, A BEL/PIC, A MUN.
Les flottes anglaises peuvent couper des soutiens de BRE, GAS ou PIC et ainsi assurer que la Bourgogne va tomber définitivement aux mains de l’alliance
ou que la France perdra Brest. Les centres espagnol et portugais sont laissés grand ouverts. Je devine qu’alors la France va certainement perdre un,
et même plus vraisemblablement deux de ses centres en 1903 et encore deux en 1904. Toulon peut rester Français jusqu’en 1905. Cependant, il va sans
dire qu’une simple armée Italienne coupant le soutien donné par une armée Française de Toulon précipitera la chute.

Le partage équitable des centres est pour l’Allemagne : PAY, DAN, SUE, PAR, TOU et pour l’Angleterre : BEL, NGE, BRE, POR, ESP. Soit 5 chacun.
Ensuite l’Angleterre peut s’engager dans l’impasse STP et aller croiser en Méditerranée tandis que l’Allemagne attaquera la Russie dans un esprit
revanchard.

Il est évidemment important de passer la ligne ALP-BOH avant que les puissances orientales aient engagé la défense de la ligne de Stalemate.

Tout cela pose la question de savoir si, quand et comment les alliés vont se trahir. Une telle trahison n’est vraisemblablement pas dans l’intérêt
des deux parties tant que la France est encore en jeu, et rendus à mi-partie, il semble difficile d’arranger une trahison vu que l’Angleterre
manque d’armées sur pour pénétrer sur le continent tandis que l’Allemagne n’a pas suffisamment de flottes pour prétendre à la mer du Nord. Cependant,
quitte à choisir, je pense qu’il est plus facile pour l’Angleterre de stabber l’Allemagne car il est plus facile à l’Anglais de justifier des mobilisations
d’armées qui peuvent êtres destinées à être convoyées au Sud tandis que l’Allemagne aura du mal à argumenter pour la construction de flottes. A ce sujet
laissez moi vous conter l’histoire de Richard Williams :

"Au Midcon de l’an dernier, j’ai eu ma toute première alliance solide en FàF du printemps 1901 jusqu’aux alentours de 1907, année où j’ai lancé mon
stab pour une victoire. Je jouais l’Allemagne et Chris Robinson l’Angleterre, tandis qu’un jeune novice avait tiré la France. Nous avons immédiatement
décidé de nous allier avec Chris, ce qui fonctionna parfaitement, l’apogée étant le moment ou mon armée du Piémont supportait l’Angleterre pour un
A COR-TOS ! C’est à ce point que j’ai initié mon stab qui je dois l’admettre n’était pas parfait. A cause de l’Alliance et une attaque sur la Russie,
mes flottes étaient en SUE et BOT. J’avais donné mon accord de ne pas croiser vers NRD. A l’aube du printemps, l’armée Anglaise, avec mon soutien,
repoussa la Russie hors de STP. J’avais tout juste fait mouvement vers LIT pour prendre Moscou. J’avais également A PIE et A BOU, tandis que tout
le reste, si ma mémoire est bonne, était pointé vers le Sud. L’Anglais avait des flottes de TYR jusqu’en Angleterre en STG, ainsi que A TOU et A TOS.
C’était jusque là une alliance quasi-parfaite, mais j’avais décidé que j’avais une chance de solo, et j’ai donc expulsé l’Angleterre hors de STP,
marché sur NGE et ai également pris TOU (étant donné que son armée de Toulon avait été convoyée à Rome). J’avais fait un mauvais calcul. Je ne
m’attendais pas à ce qu’il obtienne une construction, mais en gagnant Nap et Rom, tout en détruisant son armée A STP en retraite, cela lui permit
de mobiliser F EDI. Ma flotte la plus proche étant F NGE, je n’étais pas suffisamment proche et il disposait donc de suffisament de temps pour
m’empêcher de pénétrer dans ses eaux." [La partie se termina avec Richard à 14 centres, l’Angleterre à 9, l’Autriche (James Hardy) à 6 et la
Turquie (Lorraine Tullett) à 5. Peter Shortall (France) fût éliminé en 1906 et la Russie (Neil Duncan) fût balayée en 1907.]

5. La Lettre Française

La plupart d’entre vous doivent être familiers avec les ouvertures "en hérisson" de l’Autriche-Hongrie, popularisée par Richard Sharp, et qui sont
conçues pour fournir à l’Autriche-Hongrie un maximum de sécurité. Pour ce qui est de la position française, elle est par essence si sécurisée qu’une
ouverture aussi agressive que le Hérisson n’est pas nécessaire. Le moyen le plus simple de se garder des tactiques mentionnées dans cet article est
encore d’obtenir un accord de l’Allemagne pour un stand-off en Bourgogne au Printemps 1901. Si A MUN et A TOU restent chacun de part et d’autre de
BOU, et que par ailleurs la France ouvre avec A PAR-PIC, alors il lui est toujours possible de prendre l’Espagne avec A TOU à l’Automne, et
il est impossible pour l’Angleterre de lancer une attaque soutenue sur la Belgique sans que l’Allemagne ne laisse le Russe entrer en Suède en Automne
1901 et de pouvoir dans le même temps prétendre à prendre la Norvège. Ainsi, vous pouvez empêcher l’Angleterre d’obtenir deux constructions et vous
vous prémunissez d’avoir trois armées aux portes de la Bourgogne au Printemps 1902. C’est facile non ? Le stand-off en Bourgogne pourrait être appelé
la Lettre Française (en ce que ce mouvement permet à la France d’éviter d’être anéantie trop tôt) ?



SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0